Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 11:33
le paragraphe litigieux du discours prononcé par Nicolas Sarkozy sur
 l' « homme africain » qui ne serait  " pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles." continue à faire des vagues, soulever des protestations et à entacher gravement l' image internationale de la France. C' est une très sinistre façon de  soit disant dénoncer la Françafrique. Produit de la Realpolitik, à laquelle s' est très vite convertie le Président de la République.
 Pour Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), si " le racisme, c'est imputer des comportements normés à un groupe d'individus », alors « c'est ce que fait Nicolas Sarkozy dans son discours. " 
Pour Mouloud Aounit, président du Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (Mrap), ce discours est un hymne à la gloire des forfaits du colonialisme qui rassemble l'ensemble des clichés racistes qui introduisent « l'homme noir » comme un sous-homme.

Pourtant, avant ce paragraphe, de nombreuses formules condamnent la colonisation et la traite négrière " crimes contre l'humanité toute entière ". L' 'orateur répète, à plusieurs reprises, que « la colonisation fut une grande faute »........
Ce discours provoque en réalité un malaise plus profond, qui dépasse le simple débat de savoir s'il est proprement « raciste ».

Pascal Blanchard, spécialiste au CNRS de la colonisation, trouve ce discours
plus colonialiste que raciste.
Un discours prenant à la fois acte des erreurs passées mais sur un ton finalement assez paternaliste et passablement daté.

Son analyse rejoint ainsi celle de Antoine Glaser, directeur de La Lettre du continent : 
" Tous ces débats sur la repentance ou le racisme nous parlent d'un autre temps. Aujourd'hui, que ce soit la Chine, à la recherche de nouveaux marchés et de matières premières, les Etat-Unis pour le pétrole, Dubaï, les pays du Golfe, le Brésil ou même l'Allemagne, tout le monde se tourne vers l'Afrique. Avec Chirac, la France a voulu se faire croire qu'elle pouvait garder sous cloche le pré-carré françafricain. Mais les caisses sont vides, ces relations sont caduques. L'Afrique évolue sans la France, pas seulement dans l'Histoire mais dans l'économie mondialisée. " 

Pour certains, la France qui polémique autour de Dakar semble tellement obnubilée par sa propre Histoire qu' ils en viennent à craindre qu'elle ne devienne une puissance du passé.......
 
 D' après GUAINO, la plume de Nicolas SARKOZY : 

"Le politiquement correct pousse à la repentance. On veut faire expier aux fils les fautes des pères. C’est absurde. Ma France à moi, elle n’était pas à Vichy. Je ne vais pas me repentir de quelque chose que je n’ai pas fait et que je réprouve. Et tous les Français n’étaient pas pétainistes. Il y a eu des mères françaises qui ont caché des enfants juifs parmi leurs propres enfants. Il y a eu autant de résistants que de miliciens. L’histoire de France n’est pas sans tâche. Il y a eu des fautes, il y a eu des crimes, mais il n’y a pas eu que cela. Il faut toujours chercher la vérité. Mais il faut résister à cette mode de la repentance qui finit par exprimer la haine de soi, qui débouche souvent sur la haine des autres."

Dénoncer les crimes du colonialisme en tant que système  ne signifie absolument pas faire expier aux générations d' aujourd'hui les crimes d' un système d' oppression, de domination, d' exploitation. Ce n' est absolument pas  " le crime de leurs pères". Cette formule manipulatoire est symptomatique du système réthorique de M Guaino.

Les allemands d' aujourd' hui se sentent ils " coupables" de la Shoah parce que leur Etat, leur Nation  ont reconnu les crimes nazis ? Non, par contre on peut affirmer que la collectivité nationale allemande s' est déclaré collectivement responsable  de la prise en charge de cet héritage et de de l' obligation citoyenne de veiller à en  éviter l' amnésie, à en éviter le retour....


Dénoncer et démasquer le " politiquement correct " est une chose. 
Refuser de voir les crimes du colonialisme et leurs effets dans notre société actuelle , n' est ce pas faire preuve de déni de réalité ? de pratique idéologique et démagogique face à une réalité de l'inégalité, de la discrimination négative, de formes de racisme qui minent le lien social et l' adhésion collective nécessaires au  " Faire France"?

Partager cet article

Repost 0
Published by Slimane TIR - dans Société
commenter cet article

commentaires

Articles Récents