Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 12:34
Vous pouvez découvrir ci desssous des extraits d' un article de Libération  qui présente un film documentaire tourné dans un quartier lyonnais «La gloire de nos pères».

 Il retrace l’itinéraire d’une dizaine de pères et veut recueillir la mémoire de ces hommes discrets, ces «ombres sans écart», selon le mot de Daniel Pelligra, anthropologue et cinéaste, qui a recueilli ces récits d'exil, et ces tranches de vies immigrées.

«On voulait faire voir à nos enfants pourquoi on est venu en France et la souffrance qu’il y a eu»
, résume Abdelhafid Baddredine (64 ans), vice-président de l’association des pères retraités de Mermoz. Sa fille, Dounia (16 ans) est allée voir le film plusieurs fois. Elle a eu l’impression de découvrir son père. «Nous ne parlons pas beaucoup de notre passé à nos enfants», dit-il. Fils d’un petit commerçant algérien, Abdelhafid raconte dans le film qu'il était fils de petits commerçants algériens qui se déplaçaient beaucoup. Des amis immigrés lui avait vanté la France, pays «où l'on s’amuse bien, où il y a du travail, des jeunes filles, la liberté et tout» Il y est venu à 16 ans. Il pensait qu'il y aurait «des femmes et des patrons» à l'arrivée du bateau.
................

Les pères parlent assez peu du départ lui-même. Abdelhafid raconte seulement la traversée vers Marseille, sur une chaise pliante, dans une cale pleine. Puis le train pour Lyon et la gare Perrache, où il a demandé un quartier dans lequel il pourrait «trouver des Arabes». En deux jours, quelqu'un lui a trouvé un matelas, puis un travail. Il décrit cette première journée sur un chantier pour Pitance, vieille maison lyonnaise. La pelle qui rebondissait sur le sol...........
Abdallah Lounisi parle de ce pays où il est resté. Il le trouve «formidable». D'une voix égale, il ajoute qu'il a trouvé en France  «la stabilité, la justice», mais  «pas beaucoup d'égalité». Tous ont trouvé en quelques jours de quoi gagner leur vie, dans les chantiers, la fonderie, etc. «On travaillait à l’époque des soixante-dix heures par semaine», raconte Saïd, cousin d'Abdallah, né en 1939 dans les Aurès, arrivé comme beaucoup avec une carte marquée «indigène».
Ces nouveaux venus, ont vécu le temps des garnis, des gourbis entre Rhône et Saône. Ils en parlent assez peu dans  le film, ne se plaignent guère. «Il aurait fallu des heures, sourit Hamza, qui se souvient «des caves à dix dans une pièce, des cabanons à Gerland, sans chauffage ni lumière, avec l’eau qu’on allait chercher dans le Rhône.» Abdelhamid a une autre explication. «Nous les vieux, on a peur, dit-il vers la fin du film. On est des poules mouillées, les vieux. On a été élevés par le colonialisme, ça fait qu'on a peur de la police, de çi, de ça.»
Saïd Lounisi est un autre personnage fort du film. Berbère, il ne parlait que français et Chaouïa en arrivant en France. Les foyers et le repli entre soi lui ont appris l’arabe en France. Puis il s'est syndiqué, et s'est retrouvé seul Algérien dans une entreprise. «C'est une chance qui fait que je me suis complètement intégré», dit-il. Ses huit enfants vivent en Algérie, où ils sont gynécologue, ingénieur, inspecteur du travail, etc. «Je n’ai pas eu la chance de faire d’études,dit le père. Mais je me suis fait un but, c’est d’éduquer les enfants. Sans éducation, on n’est rien.»..............
Dans l’ancienne chaufferie où les pères jouent aux dominos, au cœur du quartier Mermoz, Hamza Khatra regarde ses mains lorsqu'il parle de ses enfants, et de tout ce qu'il ne leur avait pas raconté. «Normalement, à 10 ou 12 ans, tu devrais leur raconter ton passé, d’où tu viens. Mais nous, c’est resté prisonnier dans nos cœurs. On partait à 5h, on rentrait tard, épuisés. C’était rare qu’on mange ensemble. Maintenant, on voudrait s’excuser, leur expliquer qu’on était trop occupés à les faire manger. On voit nos défauts, mais comment réparer ?» Un deuxième projet a été lancé par l’association, avec l’aide du centre social. Un nouveau documentaire, qui cette fois mettrait en scène des pères et leurs fils

Partager cet article

Repost 0
Published by Libé - dans Société
commenter cet article

commentaires

alex 12/11/2007 09:59

Un film a diffuser ; rarre sont les fois ou l'on parle de " l apport postif des travailleurs immigrés exploités ... merci pour l info

Articles Récents

  • https://t.co/HNI6VZGSod
    https://t.co/HNI6VZGSod slimane tir (@slimanetir) October 21, 2017 Slimane Tir shared Martine Sehailia's post.
  • https://t.co/Ti9bADvqNA
    https://t.co/Ti9bADvqNA slimane tir (@slimanetir) October 18, 2017 Slimane Tir shared Ali Rahni's post.
  • RT @pas_sansnous: Un autre regard sur les 40 ans...
    RT @pas_sansnous: Un autre regard sur les 40 ans de la politique de la ville, av @MMechmache sur @franceculture. A réécouter ici : https://… slimane tir (@slimanetir) October 17, 2017
  • RT @eelv_roubaisis: Sur proposition du groupe...
    RT @eelv_roubaisis: Sur proposition du groupe “Ensemble le pouvoir d’agir”, le Conseil Municipal de Roubaix a adopté le 5 octobre un… https… slimane tir (@slimanetir) October 17, 2017
  • @Festival_Fameck @karimoussaoui Du nez pour notre...
    @Festival_Fameck @karimoussaoui Du nez pour notre programmation au Duplexe..Bravo slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017
  • @CallGate74 @cdhulst2020 @CF5901...
    @CallGate74 @cdhulst2020 @CF5901 https://t.co/ZiqDBuQlRc slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 Animateur-prod tele dont je refusais les avances "tu ne bosseras plus jamais petite pute! Plus jamais tu m'entends??!!!!" #balanceTonPorc
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti harceleurs. Grâce au tycoon d Hollywood. A élargir aux harceleurs sévis… https://t.co/SvNdx9lTnz slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti harceleurs. Grâce au tycoon...
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du «...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du « cela m'en touche une sans faire bouger l'autre» chiraquien, ou sobre… https://t.co/hq3AMfIqNM slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du " cela m'en touche une sans...
  • @alaingresh reçu à#Roubaix semaine prochaine...
    @alaingresh reçu à#Roubaix semaine prochaine dans les studios de @pastel_fm https://t.co/4uUt9Pv7cP slimane tir (@slimanetir) October 14, 2017 La guerre de 1967 est vécue par une partie de la droite française comme une revanche sur la guerre d'Algérie...
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Ne serait ce pas très...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Ne serait ce pas très déontologique ni sain que d agiter des porcs ? slimane tir (@slimanetir) October 14, 2017