Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 10:52

Le taux de chômage des jeunes diplômés issus de l'immigration est trois fois plus élevé que celui de la moyenne nationale. "Paradoxalement, plus on a de diplômes plus le risque de se voir refuser à un emploi qualifié est élevé.C'est à partir du niveau bac +2 que la discrimination est la plus importante ". Cette réalité, qu'elle touche le domaine de l'emploi ou les stages en entreprise, est quotidienne. 
"Je suis le seul de ma promo, alors que j'en suis sorti major, à être toujours à la recherche d'un emploi " s'étonne ce jeune Supélec d'origine d'Afrique de l'Ouest. Certains recruteurs n'hésitent pas à procéder à un "tri" à partir du nom ou de la photo figurant sur un CV.
 D'autres prétextent que tel poste est déjà attribué, ou posent de nouvelles exigences exagérées (qualification, horaires...). 
"Malgré mon niveau d'études élevé, ce n'est qu'en réussissant à décrocher des rendez-vous  par mon réseau que j'ai réussi à trouver un poste. Mon CV seul, du fait de mon nom, n'a donné pratiquement aucun  retour", témoigne Peng Han Cheung, conseiller en gestion de risques financiers, récemment embauché.
La discrimination ne cesse pas nécessairement après l'embauche d'une personne d'origine étrangère. 
Elle peut prend différentes formes au sein de l'entreprise.
 Les tâches peuvent être "ethnicisées" : au même niveau de diplôme, certains occupent des  postes moins qualifiés (et donc moins rémunérés) que les jeunes d'origine française. 
Une personne d'origine étrangère ne bénéficiera pas des mêmes augmentations de salaire que ses collègues effectuant le même travail et sera systématiquement écartée de toute promotion dans l'entreprise.
 Ainsi, ce Togolais, formateur depuis huit ans dans la même entreprise, qui s'est vu "souffler" le poste de DRH par un "cadre blanc" externe.
 Sa direction prétend que son origine n'a rien à voir avec cette nomination."On m'a rétorqué que là n'était pas  la question, que je n'y étais pas du tout... sans pouvoir m'opposer d'arguments valables " témoigne ce formateur. 

Selon les données du Rapport 2007 du Bureau International du Travail, la réalité française des discriminations est particulièrement grave et  préoccupante. 
Les discriminations selon  " l' origine " dans les embauches en France, dans lequel figure le bassin d' emploi de l' agglomération lilloise


( extraits de la page 41 :
Le Tableau 16 ci-dessous propose un exercice de comparaison des taux de chômage entre les différents groupes de jeunes Français.es qui peuvent être distingués à partir du Recensement. 
"Sur les différents sites qui vont être testés, les jeunes Français.es par acquisition « d'origine européenne » rencontrent des taux de chômage comparables à ceux des jeunes Français.es de naissance, pendant que les jeunes Français.es par acquisition « d'origine extra-européenne » subissent des taux de chômage qui sont en général presque deux fois plus élevés........

Ces premiers résultats sur les taux de chômage indiquent l’existence de discriminations à raison de « l’origine » dans les embauches en France.
 Selon toute hypothèse, si les Français.es de naissance « d’origine extra-européenne » évoqué.e.s plus haut pouvaient être distingué.e.s des autres Français.es de naissance, pour être regroupé.e.s avec les Français.es par acquisition « d'origine extra-européenne », les écarts constatés dans les taux de chômage seraient plus importants encore.
 L’effet des discriminations à l’embauche en raison de « l’origine » est certainement sous-estimé dans les chiffres du Tableau 16.Une hypothèse que vont conforter les résultats des tests."

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mehdi 16/01/2008 11:18

Votre nouveau commentaire est beaucoup plus explicite et traduit bien la réalité de la difficulté de trouver un emploi quelle que soit l'origine du candidat. Si la posture victimaire s'explique très souvent par un chômage qui touche des territoires déshérités, là ou malheureusement vit la majorité des populations issues de l'immigration, elle doit être comprise par des causes structurelles. Malheureusement, l'activisme de nombreuses associations confortent l'idée d'un racisme profond dans le domaine professionnel chez de nombreux jeunes, entrainant un fatalisme malsain et qui plus est destructeur.Cette démarche militante est non seulement contreproductive mais son fondement est biaisé. En région parisienne, où l'activité économique est la plus florissante du territoire le taux de chômage des jeunes de l'immigration est sensiblement le même que celui des "jeunes gaulois". De plus les diplomés ont souvent un emploi à la hauteur de leurs compétences. Pour s'en convaincre, il suffit d'aller faire un tour à la Défense, le poumon économique de la capitale, pour s'apercevoir de visu, le nombre de cols blancs (excusez le jeu de mots) issus de l'immigration, en poste au sein de grosses sociétés.Enfin, pour conclure, il est vrai qu'en dépit du niveau d'étude et des diplômes certaines filières ne sont pas porteuses.un DESS ou un DEA ne vaudra jamais un diplôme d'école de commerce ou d'ingénieur sur le marché du travail.

PS : l'usage du mot "gaulois" n'est en rien péjoratif, il s'agit juste d'une image pour quechacun comprenne bien que je veux parler de français de type caucasien. Je m'excuse à l'avance, si j'ai heurté la sensibilité de certains

Mehdi 15/01/2008 12:19

Que dire de cette demoiselle bien " blanche" qui a travaillé pendant 7 ans comme caissière chez Leclerc en dépit du fait qu'elle soit titulaire d'un DEA en Litterature, où encore d'un chauffeur de la RATP titulaire d'un doctorat en Droit. Je peux continuer à l'envie ce genre d'exemple. Il faut arrêter de tout confondre et de présenter chaque situation comme étant de la discrimination. Dès qu'un candidat de couleur se voit refuser un poste, il y automatiquement un procès d'intention à l'endroit du recruteur. Il y a de la dicrimination, certes, mais pas toujours. J'ai moi-même était amené à recruter, et j'ai eu des candidats issus de l'immigration et d'autres qui ne l'étaient pas. Le meilleur candidat n'était pas forcément celui issu de l'immigration, ce qui fait que celui qui a été recruté était "gaulois". Résultat nous avons eu un courrier d'un des candidats non retenu menaçant de porter plainte pour discrimination raciale.

Slimane TIR 16/01/2008 09:22

Bien évidemment chacun peut faire part de sa propre expérience soit de recruteur soit d' observateur. Vous mettez en avant la compétence, tant mieux,ce qui serait conforme à l' idéal républicain du mérite, notamment par les cursus scolaires. Pensez vous vraiment  que les choses se passent comme dans votre cas particuler, en France ? La sortie de l' hypocrisie statistique nationale, devenue une obligation communautaire ( au sens européen du terme ) depuis 1995 a permis de lever une partie du voile sur cette question.  Dommage que la HALDE ait des missions surtout déterminées par la frilosité......Vous abordez, à travers l' exemple de la caissière, la question de la déqualification des cursus  et la difficulté des diplômés de certaines filières notamment en sciences sociales à trouver un débouché professionnel conforme à leurs espérances, à leur travail, à leurs mérites. Vous avez raison, l accès massif à l' université, produit en France plus d' inégalité, au détriment des enfants des catégories ouvrières et moyennes qu' il y a 30 ans !!!!! Enfin, je conviens tout à fait qu 'il faille s' interroger sur les raisons des " comportements victimaires ". Je crois au fond que les gens demandent des comptes car ils ont conscience de leur citoyenneté et vivent certaines situations comme une injustice désormais inacceptable, même si vous pouvez soutenir, que dans votre cas particulier, vous avez pris, " en conscience " la meilleure décision possible, sur des critères stricts de compétence. Je n ai aucune raison de mettre en doute votre bonne foi et vous invite à prendre connaissance de façon plus approfondie du rapport du B.I.T. Ses conclusions sont tout à fait solides. Faudrait il faire plus confiance au F.M.I ou à l' O.M.C qu' à la seule organisation internationale qui se préoccupe des droits et de la situation des salariés?  

Articles Récents