Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 11:35

Michel Noblecourt

On connaît le proverbe : "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif." A cet égard, la première leçon des élections municipales pour la gauche, au-delà de sa nette victoire aux points, est que le scrutin renvoie aux calendes grecques les rêves d'alliance entre le Parti socialiste et le MoDem. Cette nouvelle alliance garde ses partisans au PS, au premier rang desquels Ségolène Royal qui, au soir du premier tour, appelait à des "alliances partout" avec le parti de François Bayrou. Mais le président du Mouvement démocrate, battu par une socialiste dans sa ville de Pau, ne veut pas s'allier avec le PS.
Le plaidoyer de la présidente de la région Poitou-Charentes en faveur d'une nouvelle ouverture vers le MoDem était en parfaite cohérence avec la stratégie qu'elle défend depuis le premier tour de l'élection présidentielle, quand elle tenta vainement de s'allier avec M. Bayrou. "Si je n'avais pas levé le tabou sur le MoDem, a expliqué l'ancienne candidate le 13 mars dans la Drôme, plein de socialistes localement n'auraient pas osé. Je leur ai donné le feu vert, ça les a déculpabilisés." Mais l'appel de Mme Royal s'est trouvé en décalage avec un paysage électoral qui révélait, au soir du 9 mars, la bonne tenue de la vieille union de la gauche aux élections municipales - 45,71 % - et aux élections cantonales - 47,78 % -, et la forte résistance du "communisme municipal". Recueillant 8,77 % aux cantonales, le Parti communiste a repris, dès le 9 mars, les mairies de Dieppe et de Vierzon.

 

Pour Mme Royal, qui rêve d'une alliance allant du centre aux altermondialistes de la gauche de la gauche, le MoDem n'offrait pas son meilleur profil. M. Bayrou ne pouvait pas s'allier avec un PS auquel il tentait de ravir sa mairie de Pau, et alors que sa stratégie d'alliances au cas par cas - tantôt avec le PS, plus souvent avec l'UMP, comme avec Alain Juppé à Bordeaux - visait à préserver coûte que coûte son autonomie au risque d'être illisible. Et d'apparaître in fine contre-performante.

L'alliance entre le PS et le MoDem a été "emblématisée" dans quatre villes dès le premier tour.
A Dijon, François Rebsamen, numéro deux du PS et ancien codirecteur de campagne de Mme Royal, a voulu faire de sa ville le laboratoire d'une gauche arc-en-ciel - rouge, rose, vert, orange - en réunissant sur sa liste les communistes (qui se sont divisés), les radicaux, les Verts et le MoDem. Dans une ville qui a voté majoritairement pour Nicolas Sarkozy, le maire de Dijon a gagné son pari. Il a été réélu, dès le premier tour, avec 56,17 %, soit une progression de 14 points par rapport à 2001.

Dans les trois autres villes, les alliances PS- MoDem ont fait carton plein, mais ont généré des effets secondaires. A Grenoble, le maire PS, Michel Destot, a fait cohabiter, sans dissidence, toutes les composantes de la gauche avec le MoDem, mais il a rompu avec les Verts. M. Destot a réussi son challenge, progressant de 13 points au premier tour, mais au prix d'un renforcement des Verts, qui ont obtenu 22,49 % le 16 mars, récoltant ainsi d'un tour à l'autre 7 points de plus. A Roubaix et à Montpellier, mêmes cas de figure : les Verts sont restés en dehors de l'arc-en-ciel. A Roubaix, le maire PS, l'ex-centriste René Vandierendonck a été bien réélu, mais les Verts ont réalisé un très bon score (18,06 %). De même à Montpellier, la maire PS, Hélène Mandroux, s'est aliénée les Verts en s'alliant avec le MoDem. Elle l'a emporté mais, d'un tour à l'autre, les Verts, qui ont fusionné avec la LCR, ont obtenu 18,62 %, gagnant 7,5 points.

 

L'ARC-EN-CIEL N'A PAS FAIT SES PREUVES

 

Au deuxième tour, dans les villes de plus de 25 000 habitants, neuf alliances PS-MoDem ont été observées. A Paris, Bertrand Delanoë a marqué sa différence avec Mme Royal en ne cédant pas au mirage centriste, quitte à se priver d'arrondissements supplémentaires. A Lille, Martine Aubry a créé la surprise en s'alliant avec les Verts et avec le MoDem. La maire de Lille, brillamment réélue (66,56 %), n'avait pas besoin du centre pour garder sa mairie mais pour conquérir la communauté urbaine. "C'est un accord politique, pas électoraliste", a souligné Mme Aubry quitte à se priver d'une arme dans son combat contre Mme Royal pour l'empêcher de diriger le PS. Dans deux autres villes - Asnières et Poissy -, l'alliance PS-MoDem a permis de battre des maires UMP. A Aubagne, le maire communiste a été reconduit grâce à un accord inédit avec le MoDem - désavoué par M. Bayrou -, mais dans quatre autres villes où la partie était jouable - Chartres, Melun, Perpignan, Sèvres - l'axe socialo-centriste a échoué. A Marseille, l'aide du centre n'a pas suffi au PS pour l'emporter. Mais à Toulouse, le PS a gagné sans son renfort.

 

Le bilan des alliances PS-MoDem, peu nombreuses, s'avère plutôt modeste. Rarement nécessaire, l'arc-en-ciel a été souvent insuffisant. La nouvelle alliance n'a pas fait ses preuves. Les municipales et les cantonales ont globalement validé la stratégie de "rassemblement de la gauche" défendue par François Hollande, même si celle-ci a été sévèrement mise à mal entre socialistes et communistes en Seine-Saint-Denis. Mais, de la même façon que le PS gagne des élections "intermédiaires" mais perd des élections nationales, la résistance municipale de l'union de la gauche ne rend que plus criante la faiblesse de cette même gauche à l'élection présidentielle. En 2007, les sept candidats de gauche et d'extrême gauche ont rassemblé 36,44 %... Le score que le PS ambitionne désormais de faire à lui tout seul.

 

En 2008, le mirage du centre s'éloigne d'autant plus que M. Bayrou, replié sur un parti anémié et laminé, récuse toute alliance avec un PS dont il fustige tantôt "l'archaïsme" et tantôt "l'immobilisme". Malgré ses déboires, il fait le pari d'un double échec du quinquennat de M. Sarkozy et de la mutation "social-démocrate" du PS, espérant rebondir, à l'élection présidentielle de 2012, sur les ruines de la droite et de la gauche. Mirage en 2008, l'ouverture au centre a toutes les chances de revenir en 2012. Après son appel au MoDem, Mme Royal a vite rectifié le tir, précisant qu'elle s'adressait à ses "électeurs". Les dernières présidentielles où la gauche était au deuxième tour - 1995 et 2007 - ont montré que ce sont les électeurs centristes qui ont manqué à l'appel pour faire la différence.

Un changement de cette équation dépend de la rénovation que le PS tente d'amorcer alors que s'esquisse encore une nouvelle guerre des chefs. Il lui faut réapprendre à parler aux couches populaires et aux classes moyennes, réinventer la gauche sans faire fuir la gauche de la gauche et sans inquiéter l'électorat centriste, changer, comme dit Julien Dray, sans "perdre son âme". Rudes défis !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Noblecourt (Le Monde ) - dans Campagnes électorales
commenter cet article

commentaires

arno 22/03/2008 10:16

Bonjour, j'ai visité votre blog et j'ai trouvé que vous publier de bon article en général, cela vous diriez-il de mettre un lien entre nos 2 blogs?
MON BLOG: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
J'attends votre réponse !!! et bonne continuation !!!

Articles Récents

  • https://t.co/HNI6VZGSod
    https://t.co/HNI6VZGSod slimane tir (@slimanetir) October 21, 2017 Slimane Tir shared Martine Sehailia's post.
  • https://t.co/Ti9bADvqNA
    https://t.co/Ti9bADvqNA slimane tir (@slimanetir) October 18, 2017 Slimane Tir shared Ali Rahni's post.
  • RT @pas_sansnous: Un autre regard sur les 40 ans...
    RT @pas_sansnous: Un autre regard sur les 40 ans de la politique de la ville, av @MMechmache sur @franceculture. A réécouter ici : https://… slimane tir (@slimanetir) October 17, 2017
  • RT @eelv_roubaisis: Sur proposition du groupe...
    RT @eelv_roubaisis: Sur proposition du groupe “Ensemble le pouvoir d’agir”, le Conseil Municipal de Roubaix a adopté le 5 octobre un… https… slimane tir (@slimanetir) October 17, 2017
  • @Festival_Fameck @karimoussaoui Du nez pour notre...
    @Festival_Fameck @karimoussaoui Du nez pour notre programmation au Duplexe..Bravo slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017
  • @CallGate74 @cdhulst2020 @CF5901...
    @CallGate74 @cdhulst2020 @CF5901 https://t.co/ZiqDBuQlRc slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 Animateur-prod tele dont je refusais les avances "tu ne bosseras plus jamais petite pute! Plus jamais tu m'entends??!!!!" #balanceTonPorc
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti harceleurs. Grâce au tycoon d Hollywood. A élargir aux harceleurs sévis… https://t.co/SvNdx9lTnz slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 @CallGate74 @cdhulst2020 Hastag viral anti harceleurs. Grâce au tycoon...
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du «...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du « cela m'en touche une sans faire bouger l'autre» chiraquien, ou sobre… https://t.co/hq3AMfIqNM slimane tir (@slimanetir) October 15, 2017 @CallGate74 @cdhulst2020 Réponse taquine du " cela m'en touche une sans...
  • @alaingresh reçu à#Roubaix semaine prochaine...
    @alaingresh reçu à#Roubaix semaine prochaine dans les studios de @pastel_fm https://t.co/4uUt9Pv7cP slimane tir (@slimanetir) October 14, 2017 La guerre de 1967 est vécue par une partie de la droite française comme une revanche sur la guerre d'Algérie...
  • @CallGate74 @cdhulst2020 Ne serait ce pas très...
    @CallGate74 @cdhulst2020 Ne serait ce pas très déontologique ni sain que d agiter des porcs ? slimane tir (@slimanetir) October 14, 2017