Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 11:47
 

Installation du Conseil syndical de l’ENLM

Jeudi 22 mai 2008



Discours d’installation de Monsieur Slimane TIR – Président de L’ENLM



Chers collègues,

Chers collaborateurs du syndicat mixte

et des services communautaires,

Chers Amis,


Je tiens tout d’abord à vous remercier

  • de votre présence nombreuse

  • de votre engagement

  • de la confiance que vous m’accordez ce jour.

Sachez que j’aurai à cœur de préserver la qualité du dialogue de la concertation ainsi que la recherche de l’efficacité collective qui a toujours prévalu dans cette assemblée pour faire et développer une métropole verte et bleue, une métropole de plus en plus préoccupée, avec exigence, de la nature, de la biodiversité, de l’équilibre harmonieux entre l’homme et son environnement.


En relisant les textes fondateurs de 2002 de notre syndicat, à la lumière aussi de ce que nous avons réalisé à ce jour, il me semble possible de définir notre action en une phrase : «  Enrichir durablement la biodiversité de la métropole élargie avec et pour ses habitants »


Pendant ces cinq dernières années, nous avons constitué, transformé et animé un patrimoine d’environ 1 200 ha pour 2 000 ha de périmètre de gestion.


Nous avons mis en œuvre un programme fédérant les projets portés par les sept structures pionnières, à des degrés et à des titres divers, de cette action métropolitaine.


Nous nous sommes appliqués à mettre en place les outils permettant d’ouvrir, au plus vite, des espaces capables d’accueillir le public, de changer la métropole en donnant une image homogène autour d’un service innovant et d’une préoccupation écologique, culturelle et pédagogique constante.


Avant d’aller plus loin, je voudrais exprimer une pensée pour tous les administrateurs qui ont été à l’œuvre dès 2002 et qui ne sont plus aujourd’hui dans cette salle. Je pense en particulier au Président Pierre MAUROY qui a été à l’origine de l’idée même d’Espace Naturel métropolitain au début des années 90 et qui a porté cette volonté forte, le remercier de la confiance dont il a fait preuve à mon égard et de la grande liberté d’action, d’innovation et d’ « entreprise » qu’il a su accorder à l’équipe dirigeante de notre syndicat.

Je voudrais aussi saluer le travail accompli par les 48 administrateurs qui ne sont plus avec nous…et qui se sont fortement engagés et par la même souhaiter la bienvenue à leurs remplaçants.

Remercier aussi Francis Grimonprez, Annick Georget, Jean Michel Stievenard, Bernard Gérard, Claude Hujeux, Noel Dejonghe,Jean Marie THOREZ,Denise Bouchez, christian DECOCQ, Jean DESTAERKE, Jean DOJKA ;

Notre assemblée est ainsi profondément renouvelée, rajeunie mais aussi féminisée. Nous sommes encore bien loin de la parité, mais je suis très heureux de pouvoir saluer l’arrivée de 17 femmes au sein du syndicat, soit quasiment deux fois plus que dans notre assemblée précédente.

Je veux également saluer et remercier Martine AUBRY, Présidente de Lille Métropole Communauté Urbaine, de son soutien et de la confiance qu’elle m’accorde en me demandant d’assurer la présidence et l’animation de notre syndicat.

Nous avons toujours su et voulu travailler dans un esprit constructif. En cinq années, une seule délibération n’a pas obtenu l’unanimité des votants, c’est assez dire que notre assemblée avait été studieuse, intelligente et efficace.




Les prochaines années devront permettre de structurer les pratiques, de développer des partenariats, de dépasser les limites administratives communautaires, conformément à nos statuts.

Les services du syndicat vous ont préparé une pochette reprenant quelques documents de base permettant aux nouveaux élus de prendre toute la mesure de notre action passée et de nos perspectives d’avenir.


Nous devons continuer à nous investir dans une dynamique de développement durable pour aboutir à une modification profonde de l’image de la métropole, favorable à son développement social et économique équilibré.


Notre mission principale est d’enrichir la biodiversité des sites que l’on nous confie, tout en favorisant un usage public raisonné et maîtrisé. De ce point de vue, la qualité biologique est essentielle. Nous devons nous :

  • attacher à améliorer la qualité des eaux de surface

  • organiser et planter de « véritables puits » de carbone et apporter ainsi notre contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

  • veiller à préserver et enrichir la biodiversité de nos sites et plus largement de notre agglomération et de nos villes.


Notre action repose sur notre capacité à fournir une « valeur ajoutée » aux espaces que l’on nous confie. Nos pratiques reposent sur une gestion naturaliste qui permet une mise à disposition confortable et respectueuse de ces territoires.


En tant que syndicat, nous avons la capacité structurelle et juridique d’associer l’ensemble des acteurs publics et privés au-delà des limites territoriales. Notre action passe aussi par l’entretien et le développement de rapports étroits avec les usagers et tout particulièrement le tissu associatif qu’il soit écologiste, sportif, culturel, naturaliste ou tout simplement préoccupé de qualité de vie.


Nous les mobilisons bien sûr déjà dans nos projets  : chantiers d’insertion, recours aux agriculteurs locaux, coproductions avec des associations locales ou régionales.


L’essentiel des projets historiquement portés par les 7 structures dissoutes « ancêtres » de la politique «  ENM » et de notre syndicat, est aujourd’hui engagé : parc de la Deûle, parc du Val de Marque, aménagement des berges de la Basse Deûle, remise en navigation de la Marque Urbaine et du canal de Roubaix, réhabilitation des Prés du Hem, ouverture de la plaine des Périseaux.


En 2007, à la fin du dernier mandat, Lille Métropole communauté urbaine a adopté sous mon impulsion des objectifs ambitieux pour lancer la seconde phase de l’Espace Naturel Métropolitain. Nous avons établi une cartographie de plus de 2 500 hectares et de 250 kilomètres de vélo routes et de voies vertes qui doivent structurer notre ambition, amplifier notre action , préparer notre mandat. Il faut s’emparer aujourd’hui de ce travail et le traduire dans nos programmes comme dans les faits.


Nos grandes et concrètes ambitions s’appellent

  • Parc de la Marque,

  • Parc transfrontalier du Val de Lys et du Ferrain,

  • Arc Nord (Bondues, Marcq en Baroeul, Tourcoing),

  • un canal navigable et navigué de la Deûle à l’Escaut ( et un anneau bleu, Deûle, Lys ,Escaut)

  • la poursuite du Parc de la Deûle tant au nord vers la Citadelle qu’au sud vers Wingles et le Lensois… et les liaisons vertes et douces de ce vaste ensemble.


Le contexte local comme régional, les esprits de nos concitoyens sont désormais propices à cette ambition.


Les réflexions menées autour de « l’Aire métropolitaine » vont générer pour nous des opportunités, des partenariats, des changements d’échelle. De nouvelles offres apparaissent dans les territoires voisins, en continuité territoriale et écologique avec les sites que nous gérons.


Nous pouvons jouer un rôle d’initiateur, d’assembleur voire de gestionnaire dans ces extensions hors du territoire communautaire, de même que dans l’offre de services dans la reconquête des friches polluées, (PCUK , Blanchisserie, Butte de Baisieux...) sur lesquelles les services communautaires chargés de l’ENM construisent une compétence reconnue.



Le renchérissement du coût de l’énergie, des transports, la faiblesse du pouvoir d’achat de certaines catégories de nos concitoyens exigent des offres de loisirs de proximité et une réflexion nouvelle quant à notre apport en tant que service public « de nature ».


Nous devons nourrir et si possible accompagner les préoccupations écologiques qui émergent dans le monde économique et de la production. Nous avons là certainement des potentialités à trouver, de nouveaux partenariat à construire.


La concertation initié dans le Parc de la Deûle avec le monde agricole, sur les berges du canal de Roubaix avec de nombreux usagers a atteint une nouvelle dimension depuis la mise en place en décembre 2007 du conseil métropolitain des usagers, réunion des conseils locaux, ouvert aux partenaires régionaux. Il nous faut le faire vivre.


Enfin, il nous faut saisir l’apparition de nouvelles technologies pour affirmer notre volonté d’être toujours au premier rang de l’initiative : usage de l’Internet, bilan carbone, multiples usages du GPS, promotion impérieuse des techniques HQE, exemplarité systématique de nos actions et de nos projets, développement de la culture biologique et des circuits courts, protection intelligente des champs captants, promotion nécessaire de la biodiversité et l’intensification de notre approche pédagogique et ludique sur nos sites.



Si nous avons des raisons de regarder l’avenir avec confiance, nous devons mesurer les menaces qui peuvent contrarier nos efforts.


La chute dramatique de la biodiversité et le changement climatique doivent nous préoccuper tant dans la gestion naturaliste de nos sites, que sur nos programmes horticoles à moyen et long terme, nos pratiques quotidiennes comme dans l’accueil du public.


Nous devons surveiller et agir sur la qualité des eaux de surface de nos sites car elle conditionne nombre de nos activités et de nos rapports avec les usagers et riverains. De même, la sur fréquentation de certains sites et la dégradation des comportements ne peuvent pas nous laisser indifférents. Nous devons maîtriser ces dérives avec ceux qui en ont la compétence légale. Je veux parler de  sécurisation  de nos sites.


La gestion créative de notre patrimoine nous permettra de garder intact l’envie de « Métropole verte » , d’une métropole « nature ».

 

Aujourd’hui, près de 75 % de nos ressources financières de fonctionnement proviennent de la communauté urbaine. Nous devons nous diversifier, rechercher d’autres partenaires tant publics notamment européens que privés en particulier dans les domaines de l’animation et de la communication.


La gestion d’équipements, de circuits, de services favorisant la fréquentation des espaces naturels, représente environ 55 % de notre action.

L’éducation à la nature mobilise environ 15 % de nos moyens humains et financiers contre 10 % tournés vers la protection active de la biodiversité. Le temps et les moyens consacrés aux sports pratiqués en milieu naturel mobilisent, 7,5% de nos moyens tout comme nos actions en direction des riverains. Enfin, l’expression culturelle représente 5 %.


Vous le voyez, nous avons un travail conséquent à mener.


Je ferai, dans les jours qui viennent, des propositions aux membres du bureau pour partager ces tâches, prendre en charge ces défis. Je vous propose aussi de nous revoir rapidement. Le bureau se réunira début juin et je propose que notre prochain conseil se tienne le 20 juin. Nous devrons déjà adopter un budget supplémentaire et continuer notre structuration.


Enfin, au cours de l’été, je vous proposerai une visite de terrain, au sein des équipements que nous gérons pour prendre la mesure du travail accompli et, bien sûr, de ce qui reste à faire.


Notre année 2008 sera chargée car nous devons, réfléchir à notre élargissement et redéfinir les conditions financières de notre partenariat. Depuis des années, des communes souhaitent nous rejoindre. Il faut maintenant rapidement leur apporter une réponse concrète.


Nous avons un héritage riche. Il nous reste à le faire fructifier ensemble. Je suis sûr que nous formerons une équipe ambitieuse, réaliste et efficace. La présence au sein de notre bureau de plusieurs Vice Présidents LMCU ainsi que d’un premier vice-président chargé de la stratégie communautaire en matière de qualité de l’espace urbain et naturel, en est déjà un fort heureux présage.

Elle illustre la volonté de notre Présidente, notre volonté de conjuguer nos ressources, de mieux nous coordonner, de produire des synergies indispensables à une plus grande efficacité.


En ma qualité de VP LMCU, je souhaite un service ENM chargé de la stratégie de la préparation de l’avenir, du moyen terme.

En ma qualité de Président du Syndicat Mixte ENLM, je souhaite un outil efficace qui par mandat assure une approche intégrée de nos projets, leur mise en œuvre efficace, la concertation nécessaire.


MERCI

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents