Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 17:50

A propos du rassemblement et de son actualité

 Par un communiqué, le MEI a annoncé sa décision de rejoindre le rassemblement Europe écologie 2009 et son comité de campagne.

Le débat soulevé à propos de cette arrivée du MEI dans le rassemblement  des écologistes est légitime et répond à un vrai enjeu. L’écologie politique représentée par les Verts a fait il y a 15 ans un choix stratégique juste, celui de l’ancrage à gauche. Aujourd’hui, personne ne conteste la légitimité de ce choix. Il a permis aux Verts de s’imposer comme un parti politique majeur, implanté dans les territoires, participant à de nombreux exécutifs locaux, ayant une expérience gouvernementale, présent dans les luttes écologiques et sociales. Cela doit-il nous conduire pour autant à refuser de construire un pôle politique réunissant tous ceux qui, même s’ils ne se reconnaissent pas dans ce choix qu’ont fait les Verts, refusent une société productiviste, consumériste et libérale ? Telle est la question à laquelle nous sommes confrontés actuellement.

  Cette question n’a pas été posée à l’arrivée du MEI mais déjà par celles et ceux qui au sein de notre parti comme au sein du mouvement associatif issu du processus du Grenelle et du Pacte écologiste de Nicolas Hulot ont enclenché une dynamique qui a amené le parti dans son ensemble à soutenir la logique du rassemblement. Nous avons eu raison car, avec l’actuelle crise du système financier à bout de souffle, des crises climatiques, énergétiques, alimentaires, l’urgence est de réunir tous ceux qui considèrent que l’issue de la crise, si nous voulons échapper à la barbarie, ne peut être qu’écologiste.  

 

C’est forts de cette conviction – le partage d’un socle commun majeur - que nous avons signé un accord politique validé par notre CNIR de septembre, à l’unanimité. C’est sur celui-ci que le MEI a rejoint le rassemblement. C’est sur ces bases que nous nous apprêtons, le 20 octobre, à lancer officiellement la dynamique du rassemblement. J’assume donc totalement ce choix.

Nous avons clairement exprimé dès nos premières rencontres avec nos partenaires que nous refuserions la participation au rassemblement d’une formation ou d’un mouvement se revendiquant de la majorité présidentielle ou soutenant Nicolas Sarkozy. Ce codicille n’a pas été formellement introduit dans l’accord du rassemblement. En effet, considérant que l’enjeu électoral était strictement européen, nos partenaires pensaient que cet accord ne pouvait pas comprendre une clause franco-française. Nous avons accepté ce point de vue tout en réaffirmant que nous ne participerions pas à un rassemblement avec des formations se réclamant de la droite, pour nous incompatible avec un véritable engagement écologiste.

 Le MEI, historiquement, a toujours défendu ce qui s’est appelé le «  ni droite ni gauche »  comme d’ailleurs certains membres ou sensibilités de notre parti. Il a d’autre part accepté l’ensemble des conditions et de l’accord politique que nous avions présenté devant notre CNIR de septembre. Il n’a mis aucune condition sur l’éligibilité de ses membres. Il ne s’agit pas d’évaluer la position personnelle de tel ou telle mais de nous en tenir à l’affirmation de l’orientation politique du MEI qui n’a pas varié depuis 1993. 

 

Je n’étais pas membre des Verts à l’époque, je revendique pourtant l’héritage politique de celles et ceux qui ont alors défendu l’orientation qui a permis que les alliances des Verts se nouent uniquement avec la gauche. Je crois pourtant que nous n’avons pas vocation à perpétuer les querelles du passé dans une vendetta sans fin.
J’ai au contraire le sentiment que les Verts, parce qu’ils sont forts de cette stratégie reposant sur deux pieds - la construction du rassemblement des écologistes et la construction d’une alternative avec la gauche - peuvent et doivent faire œuvre de réconciliation, être ouverts, tendre la main à ceux qui sont partis et se rapprochent de nous après un temps qui ne les a amené nulle part. Ce n’est pas dans une posture d’isolement que nous nous développerons. Nous devons être le moteur du rassemblement des écologistes, comme de celui auquel nous participons avec la gauche. La force du rassemblement doit être un levier pour peser de tout notre poids vis à vis du PS et du PC, ne pas finir comme un PRG vert et faire bouger les lignes du projet qui permettra de battre Sarkozy en 2012.
 Plus nous aurons prouvé notre capacité de rassemblement des écologistes, plus nous serons crédibles et respectés dans celui de la gauche. Nous devons tenir les deux bouts de cette stratégie pour devenir une force incontournable dans le paysage politique et pour que puissent enfin être mises en œuvre les solutions.que nous proposons.

 

Je le dis clairement, je refuse les petites manœuvres politiciennes contre le rassemblement qui seraient justifiées par la « préparation » de notre assemblée générale. Elles discréditent leurs auteurs mais elles nous font courir, à tous, un risque : celui d’hypothéquer l’avenir du rassemblement pour des raisons internes. Je sais néanmoins que le débat est légitime, et pour certains sincère, et je ne mésestime pas les difficultés, de l’histoire ou du présent, en particulier dans certaines régions. Je souhaite travailler à les lever autant que possible.

  Le CE a décidé majoritairement de ne pas considérer l’arrivée du MEI comme un motif de rupture. Je le dis clairement, cette position, à mon sens, ne fait qu’appliquer le mandat du CNIR. Si certains estiment que l’entrée du MEI remet en cause la participation des Verts au rassemblement, qu’ils l’assument. Chacune et chacun dans cette période doit faire face à ses responsabilités.

 

Pour ma part, en tant que secrétaire nationale, je le fais.

Ce rassemblement est une chance et un espoir, pas seulement pour les Verts mais pour toutes celles et tous ceux qui attendent une réponse politique nouvelle, une « mobilisation générale » qui s’intéresse davantage à ce qui nous rapproche qu’à ce qui nous sépare. 
 L’urgence, l’audace, l’ouverture, le changement et l’espoir d’un autre monde se trouvent du côté du rassemblement. Les Verts doivent une fois de plus en montrer le chemin.

  Continuons-le ensemble,

  Cécile Duflot, le 14 octobre 2008 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile Duflot - dans Refondation
commenter cet article

commentaires

Articles Récents