Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 10:46
 

Il est banal de dire que l’adoption du budget est un acte essentiel de la vie politique d’une collectivité locale.


En quoi ce budget primitif 2009 est il essentiel ?


Remarquons au préalable que toute comparaison avec le BP 2008, politiquement conservatoire et par la force des choses techniquement incomplet, est inopérant et qu’il est préférable de comparer avec le réalisé 2008.


Pendant le débat d’orientation budgétaire de janvier, vous nous avez dit, monsieur le maire, que la question qui taraude le conseil municipal depuis longtemps ( sous entendu je suppose, quelque soit l’orientation politique apparente de sa majorité), c’est la charge sociale de cette ville.


Avec une double conséquence : on s’honore généralement de développer des politiques de solidarité mais on veut éviter de devenir l’Eldorado de la pauvreté.


On reconnaît là le syndrome de l’appel d’air , vous savez bien, on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, avec une poussée de fièvre à chaque fois que se pose la question d’une solidarité un peu plus difficile que les autres, un jour, ce sont les sans papiers, un autre, ce sont les roms.

Cette constante, on peut la critiquer sur un plan moral.


On peut aussi en faire un bilan en terme d’efficacité et nous disposons d’un indicateur : les critères de la fameuse DSU.

Or, c’était un constat du débat d’orientation budgétaire, il y a dégradation relative depuis 12 ans.


Vous direz sans doute « Ce serait pire si » et « Ca finira bien par payer » quand nous aurons atteint le nirvana du rééquilibrage des territoires dans l’agglomération.

Mais la question de fond qui se pose, c’est bien l’effet de cette solidarité bridée.

Un exemple.


En décembre, nous avons débattu des tarifs de la restauration scolaire.

Il a été dit que le tarif proposé, en baisse reconnaissons le, coûterait 300 000 à la ville et qu’une hypothèse plus ambitieuse - diminuer par 2 -, coûterait 900 000.


Si on compare le réalisé 2008 et prévisionnel 2009 au compte 70 fonction 251, on constate que l’hypothèse ambitieuse aurait coûté 700 000 et que votre proposition coûtera 230 000.

230 000, c’est 9 % de l’augmentation de la DSU, 700 000, c’est 28 %, je dis bien de l’augmentation de la DSU de 2009 sur 2008 et non bien sur du total de la DSU qui atteint 24 millions.


Nous avons les 2 années du FCTVA, suite au plan de relance, soit sans doute autour de 2 millions 5 de recettes supplémentaires.
 Qu’elles servent à une accélération des dépenses d’équipement, c’est à la fois logique et nécessaire pour garder le bénéfice de l’avance d’un an.


Mais quels investissements ?


Pour la DSU, c’est aussi une augmentation de 2 millions 5 (12 %), ce qui représente l’équivalent de 6 points de la TH.

Par ailleurs, il n’y a certes pas d’augmentation des taux – nous avions dit en janvier que cela n’était pas envisageable - mais la revalorisation forfaitaire des bases de 2,5 % au lieu du 1,6 % de l’année dernière produit ce que produirait environ un tiers de point en TH et en TFB et la c’est à la charge des ménages.


L’augmentation de la DSU nous donnait donc une marge pour soulager les familles. Il y a donc une vraie question sur l’usage de la DSU.


Le plan de relance sarkozyste, qui n’est pas vraiment un new deal écologiste, a corrigé le plan de réduction des dépenses publiques.


Cela aurait pu être l’occasion pour Roubaix

  • d’un programme d’investissement axé sur les économies d’énergie, les économies renouvelables, le développement durable.

  • de mesures tarifaires soulageant les familles populaires.

Ce n’est pas le cas suffisamment à notre avis.

Nous voterons contre ce budget.

Christian CARLIER

26/3/2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian CARLIER - dans Vie Roubaisienne
commenter cet article

commentaires

Articles Récents