Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 18:13

 

Durant  six jours les partenaires du projet BIPS, ont organisé une série d' évenements scientifiques et pédagogiques afin d' étudier et de faire connaître la biodiversité le long de nos canaux et rivières sur 80 km de voies navigables et une trentaine de communes.

 

L' occasion aussi de décloisonner et d' expliquer le travail des scientifiques et des amateurs éclairés, qui d' ordinaire travaillent dans le silence de leurs laboratoires ou de leurs sites d' observation. biodiversidays 5

 

Eh oui, la péniche affrêtée s' appe " De Ark" ( l' arche en flamand ).

 

L' opération a été lancée  en grande  pompe, avec les autorités belges, à la jonction entre

l' Escaut et le canal de Bossuit.

 

Après les discours nous avons procédé à un lâcher de buse ( une vraie, rien à voir avec les équipements du canal ).

 

 

Puis embarqué, notamment en compagnie du Ministre belge de la Justice ( en affaires biodiversidays 7courantes ) Stefaan De Clerck, pour une découverte transfrontalière des milieux et des projets de voies vertes et bleues ainsi que des améliorations à apporter pour la navigation de plaisance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup d' évenements, du public, une excellente accompagnement des médias et notamment de la presse locale et quelques couacs le long de l itinéraire qui nous ont obligé à improviser.

 

 Ainsi par exemple le démontage d' un échafaudage sur une passerelle de l' Espierre qui Va falloir se baisser vraiment pour passer sous cet echafauempêchait le passage de la péniche ou le dimanche l' impossibilité d' amarrer à Quesnoy sur Deule, malgré les efforts du maire Roger Lefebvre, ou d' autres aventures le long de la Lys...)

 

Evidemment, vous vous doutez bien que nous nous sommes reposés le 7 ème jour !

 

Slimane TIR

Pour faire avancer la science, il a plongé dans le canal de Roubaix !

dimanche 28.08.2011, 05:16  - La Voix du Nord

 Il y a mieux que l'eau du canal de Roubaix pour piquer une tête, mais si c'est pour faire des analyses et trouver de petites bêtes... Il y a mieux que l'eau du canal de Roubaix pour piquer une tête, mais si c'est pour faire des analyses et trouver de petites bêtes...
|  EXPÉRIENCE |

Une eau d'un vert un peu grisâtre. « Et il va plonger là-dedans », s'inquiétaient des incrédules ?

 

Hier midi, le professeur Michel Tassigny a enfilé masque et palmes pour aller jusqu'au fond du canal de Roubaix et y traquer la vie microscopique. Depuis que le canal a été dragué, beaucoup tentent de se persuader que la population se montre respectueuse avec l'environnement. « À une époque, les gens jetaient tout dans le canal : des machines à laver, des voitures... », rappelle l'un des organisateurs des Biodiversidays, cette croisière scientifique qui consiste à inventorier les richesses naturelles tout le long de 80 km de cours d'eau dans l'Eurométropole.

« Une étude de fond ! »

À l'escale de Roubaix, ce n'était pas sur les berges, mais au fond de l'eau que les regards étaient portés. Enfin, c'était limité. « On n'a que 40 cm de visibilité et au fond, il y a 40 à 50 cm de vase », a annoncé Michel Tassigny au terme de sa plongée. Il n'est pas ressorti les mains vides. Une bouteille de bière, pour le clin d'oeil, un morceau de vitre sur lequel se sont fixés une éponge (l'organisme vivant aquatique !) et d'autres petites bêtes. « Ça veut dire qu'il y a de la vie ! » Et donc pas seulement du plancton, dont Michel Tassigny est un spécialiste. Le scientifique a condensé ce qu'il a amassé lors de sa plongée avec une petite épuisette ayant une maille de 40 microns. Résultat, dans son flacon d'un demi-litre, « il y a l'équivalent de ce qu'on trouve dans 400 litres d'eau : des animaux, autrement dit de la bouffe pour poissons ». Ce qui signifie pour la santé du canal ? « À première vue, c'est bien.

J'aurai mes résultats d'ici une semaine. Le milieu va évoluer dans les années qui viennent. » On précisera aux scientifiques en herbe qu'en dehors de cette opération, la plongée dans le canal n'est pas autorisée ! • M. G.

Les Biodiversidays se poursuivent. La péniche fera escale aujourd'hui à Marquette (à 10 h), au port de Wambrechies (de 12 h à 14 h, avec des portes ouvertes), à Quesnoy-sur-Deûle (à 15 h) et, enfin, à Deûlémont (à 17 h, avec des festivités sur place).

 

   ( Marc Grosclaude )

Au fond de l'eau...

dimanche 28.08.2011, 05:18 - La Voix du Nord

 

Un spécialiste des bêtes qui grouillent dans l'eau a donc plongé au fond du canal. Le bief du Nouveau Monde serait-il voué à devenir Roubaix Plage  ? C'estaller vite en besogne. La question posée à Slimane Tir, président de l'Espace naturel métropolitain et artisan de la renaissance du cours d'eau. « Je ne suis pas chiraquien », réplique le Vert en référence à cette promesse non tenue de celui qui, alors maire de Paris, avait dit qu'il se baignerait dans la Seine. du Nouveau Monde, le professeur Tassigny se prepare pour l

 

L'eau du canal de Roubaix n'est peut-être pas si dégoûtante que cela ; la preuve, des animaux s'y plaisent. Mais s'y baigner est strictement interdit. Et puis ne pas voir à 40 cm et poser le pied dans la vase, pour moi c'est rédhibitoire. M. G

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 22:50

queurs de cette 7 eme edition du Chti Bike Tour, plus de 40

Le Chti Bike Tour c’était  2 jours de vélo les 27 et 28 Août au départ d’Armentières.

La base des Près du Hem, site géré par l' Espace Naturel Métropolitain accueillait pour la 6 ème fois consécutive le village et bien sûr les arrivées.

 

La météo était de la partie le samedi, temps plus mitigé le dimanche.

La pluie s' est mise à tomber vers 13h, au moment où les compétiteurs et les randonneurs s' attabaient pour la Pasta Party. Dommage pour les exposants et le village.

Plus de 4600 participants cette année et un nouveau record d' inscription.

J' ai participé à la remise des trophées en très belle compagnie d' élues ( MMes Paris et Messager ) et de gloires du cyclisme français ( Laurent Desbiens et Luc Leblanc ( ancien champion du Monde ).

 

Donc un bilan satisfaisant malgré la pluie du dimanche midi qui a gêné les exposants du village.


Félicitations à tous les bénévoles si nécessaires à ce type d' évènements : 130 bénévoles pour les accueils et la restauration, plus de 300 signaleurs et policiers le samedi.

Et la mobilisation du personnel ENLM de la base toujours aussi motivé.

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 03:36

 

 

 

Biodiversidays – L’arche de la Biodiversité –

 

Du 26 au 31 août 2011, BiPS organise Biodiversidays’, un événement ambitieux qui va réunir durant pas moins de six jours des personnes travaillant sur la thème de la biodiversité. Lors de ce prestigieux événement, un bateau effectuera en six étapes une boucle de canaux à l’intérieur de l’Eurométropole (= collaboration transfrontalière entre trois régions : la Flandre, la Wallonie et le Nord de la France).
 

 

 

 

 

 

La croisière va commencer à Bossuit où l’on va remonter l’Escaut. Ensuite, le bateau va naviguer le long du Canal de l’Espierres et le Canal de Roubaix pour rejoindre finalement la Lys via une partie de la Marque canalisée et un trajet sur la Deûle. On va ensuite naviguer dans le sens du courant et, une fois arrivé à Courtrai, on va reprendre la direction de Bossuit via le Canal Courtrai-Bossuit. 

 

Dès à présent vous pouvez suivre les résultats des observations réalisées lors de Biodiversidays en cliquant sur les liens ci-dessous.

 

Observations en France :

 

 

http://nordpasdecalais.observado.org/user/view/73662

 

Observations en Belgique :

 

http://observations.be/user/view/73662

 

 

 

 

 

 

Au travers de ce projet, BiPS poursuit les objectifs suivants :
 

 

1. Une politique de biodiversité efficace peut être perçue comme un élément d’une vision beaucoup plus large sur les possibilités de développement d’une région. C’est pourquoi BiPS souhaite convaincre le monde politique, les décideurs et, par extension, le grand public issu de l’Eurométropole de l’importance d’une politique transfrontalière en matière de région durable et agréable à vivre. La croisière en bateau est le moment idéal pour rassembler toutes ces personnes et pour leur offrir un forum dans lequel des réseaux pourront être développés afin de pouvoir instaurer à l’avenir à une politique qui va dans ce sens.


2. Le point de départ du deuxième objectif réside dans la constatation suivante : un environnement, dans lequel une place importante est accordée à la biodiversité, se prête à des objectifs récréatifs. Au cours de ces six jours, on ne va donc pas hésiter à mettre pied à terre afin de profiter de quelques possibilités récréatives situées aux alentours de la boucle de cours d’eau. Par la suite, on va pouvoir se concerter afin de voir comment la région pourrait développer à l’avenir ces atouts récréatifs.


3. Le troisième objectif est de mesurer, sur et autour du bateau, la biodiversité le long de la boucle de cours d’eau. Au moyen de divers recensements, les partenaires de BiPS souhaitent faire un tour d’horizon de la biodiversité de la région. Mais ils ne peuvent y parvenir seuls ! C’est pourquoi un appel est lancé aux naturalistes spécialisés. Ils sont les bienvenus à cet événement unique. Plus que souhaitée, leur participation est même nécessaire ! Le but est d’établir lors de chaque étape l’abondance de nombreuses espèces (oiseaux, amphibiens, poissons, chauve-souris) et de rédiger ensuite un rapport scientifique sur les résultats obtenus, lequel pourra ensuite servir de base pour une recherche ultérieure.

 

En plus de la croisière en bateau, des activités pour le grand public seront bien évidemment organisées. Le vendredi 26 août au soir, le bateau va ainsi accoster aux alentours de 17 heures à Leers-Nord où se tiendront des concerts d'accordéon à la 'Maison du Canal'. Le public aura également l'occasion de visiter le bateau, une exposition de présentation de Biodiversidays avec stands d'information, ainsi que son labo.
 

Le lendemain, le samedi 27 août, aura lieu la Nuit Internationale de la Chauve-souris. Le bateau va amarrer ce jour-là dans les environs de Marcq-en-Baroeul (Impasse du Triest, Wasquehal), où toute la soirée sera placée sous le signe de la chauve-souris. Des guides tant néerlandophones que francophones vous feront découvrir le monde merveilleux de ces animaux. Vous allez très rapidement vous rendre compte que les chauve-souris ne sont pas des vampires terrifiants, mais au contraire des insectivores très utiles qui, comme on dit dans le langage courant, ne feraient pas de mal à une mouche. Des animations pour les plus jeunes seront mises en place. Après la promenade, il sera bien sûr possible de commenter les résultats… autour d’un bon verre. 
 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trajet et programme

 

 

 

◊ VENDREDI 26/08/2011 : Bossuit --> Leers-Nord

 

12h : Coup d’envoi de ‘Biodiversidays’ à 'Pompgebouw' (Station de pompage)  à Bossuit (Doorniksesteenweg 402, 8583 Avelgem-Bossuit). Brève présentation du projet 'BiPS' et de l'événement 'Biodiversidays', le tout suivi d'une réception.

 

12h: Accueil et présentation des orateurs par Monsieur Guido Decorte, Député de la Province de Flandre occidentale

 

12h05: Présentation du projet BiPS par Madame Mathilde Vandorpe, Echevine de l'Environnement de la ville de Mouscron

 

12h15: Présentation de l'événement 'Biodiversidays' par Monsieur Slimane Tir, Président 'Espace Naturel Lille Métropole'

 

12h25: Importance de la trame verte/trame bleue, par Monsieur Paul Breyne, Gouverneur de la Province de Flandre occidentale

 

12h35: Signal officiel de départ de l'événement . Remise en liberté symbolique d'une buse après revalidation.

 

12h45: Réception offerte par le gouvernement provincial de Flandre occidentale

 

13h30: Lancement officiel de l'événement. Départ du bateau à partir de la Pomgebouw à Bossuit en direction de  la Maison du Canal à Leers-Nord. EUROMETROPOLE organise un mini-colloque à bord du bateau, dont le programme est le suivant:

 

 

13h30 – 13h45       Introduction par Stef Vande Meulebroucke
                                       L’Eurométropole en quelques mots
                                       Présentation de la stratégie de l’Eurométropole

 

13h45 – 14h15       Les différentes activités du Task Force de l’Eurométropole 2030 
                                       par Stefaan De Clerck & Stef Vande Meuleborucke

                                       Trame verte et bleue en tant que support du concept ‘feel our metropolis’

 

14h15 – 14h45      Actions concrètes concernant la trame verte et bleue en cours dans les TWG

                                      ‘Tourisme’ par Yves Degreef
                                      ‘Aménagement du territoire et développement durable’ par Daniel Senesael
                                      ‘Développement durable et biodiversité dans le cadre de nouveaux projets 

                                       urbanistiques le long des cours d’eau’ par Astrid Scharly


 

A mi-chemin, à l'écluse de Warcoing (aux alentours de 15 heures), possibilité pour celles et ceux qui le souhaitent de débarquer. Retour assuré vers Bossuit. 
 

Vers 16h30: Arrivée à la 'Maison du Canal' à Leers-Nord, avec présentation au grand public de Biodiversidays au moyen de stands d'information  et d'une exposition sur le bateau. Inventaires et animations Nature entre 17h et 19h. A partir de 19h: concerts d'accordéon.   EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

 

 

 

◊ SAMEDI 27/08/2011 : Leers-Nord --> Marcq-en-Baroeul

 

Programme en journée :

 

 

8h30 Départ de la péniche de la Maison du Canal à Leers Nord
8h50 Passage Pont levis Grimonpont
Dépose groupe des Naturalistes (vélos, matériel), pour inventaires sur sites PCUK et/ou Bassin filtrants
Oiseaux, Libellules, Amphibiens, Papillons.


11h45 : Rendez-vous à L'écluse de Nouveau Monde à Roubaix. Les invités locaux attendent à l'arrivée de la péniche et parcourent l'expo PCUK, sortie du Relais Nature du canal pour l'occasion, ainsi que les stands associatifs EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC
 12h15 : Début de l'embarquement sur la péniche. Accueil décalé par Patrick Sourdeval grimé en savant "H20". Visite de la péniche et de ses installations (dont un labo d'analyses mis en place par les Eaux du Nord)
13h  Plongée du professeur Michel Tassigny

 

14h : Départ de la péniche, et échanges entre techniciens et élus autour du thème "Biodiversité et canaux, quel avenir ?"

 

19h : Arrivée Péniche à l'écluse du Triest à Wasquehal ( Ferme Dehaudt )
 


 

EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC:  Soirée Européenne de la Chauve-souris

 

20h Accueil soirée de la chauve souris

20h30 Projection en plein air
21h Visites guidées Chauve Souris
22h Goûter nocturne
 

Observer les chauves-souris n’est pas chose aisée. Quand elles sont plongées dans leur sommeil hivernal, c’est parfois possible,… avec un brin de chance. Après l’hiver, c’est le soir que tu as le plus de chance de les apercevoir, mais seulement de manière très fugace.
Envie d’en savoir un peu plus sur ces mystérieux animaux nocturnes? A quoi ils ressemblent? Ce qu’ils mangent? Leur mode de vie? Si oui, rejoins-nous à l’occasion de la Nuit Européenne de la Chauve-souris qui aura lieu le 27 août 2011.
Après avoir fait plus ample connaissance avec les espèces, leurs habitudes et leur habitat, nous partirons, accompagnés de guides enthousiastes, armés de détecteurs et de lampes de poche, à la recherche de ces formidables acrobates. Les enfants y trouveront aussi leur bonheur !
Il sera bien évidemment possible de boire un verre après cette passionnante promenade nocturne.
 

Où? Ferme Dehaudt - Impasse du Triest, 59290 Wasquehal (France)
Quand? Le samedi 27 août 2011 à 20h

 

 

 

◊ DIMANCHE 28/08/2011 : Marcq-en-Baroeul --> Deulémont

 

Programme de la journée :

 

8H Départ de la Ferme Dehaudt
9hNavigation sur la Marque Urbaine, observation faune et flore
10h Passage et arrêt à l'écluse de Marquette lez Lille,
Point sur les opérations menées sur ce secteur en matière de lutte contre les chironomes. Départ des randonnées naturalistes vers le site Chico Mendes à Wambrechies et la butte du Petit paradis

12h Arrêt Péniche au port de plaisance à Wambrechies,
Visites à bord, stand: EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC


 

14h Départ randonnée "nature" cycliste vers Quesnoy sur Deûle. Observations faune-flore et découverte de la nature de la Basse-Deûle. Ouvert à tous, se présenter avec son vélo.  EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

15h30 Pause Péniche à Quesnoy sur Deûle,

De 16 à 17h: Visite du "jardin au naturel" de Suesnoy-sur-Deûle.  - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC
 

 17h30 Arrivée péniche Port de Deûlémont

Portes ouvertes de la péniche. - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC


 

  

 

◊ LUNDI 29/08/2011 : Deulémont --> Wervik

 

Programme en journée : balade à vélo avec guides le long du Canal Ypres-Comines, avec visite au Domaine Provincial ‘De Palingbeek’

 

8h30 : Départ du bateau et passage de l’écluse de Comines
10h00 arrivée à Comines (Sluisweg/Route des Ecluses) et explication sur le bateau du déroulement de la balade à vélo
11h00 départ de la balade à vélo vers le Centre des Visteurs 'De Palingbeek' le long du Canal Comines-Ieper (point de départ : écluse de Comines, Route des Ecluses 40-50, 7784 Comines-Warneton)  EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC


13h00 Pique nique à Palingbeek (Vaartstraat 7, 8902 Zillebeke)
14h00 Visite à vélo du Domaine Provincial 'De Palingbeek'


15h30 Retour vers le bateau
16h30 Départ du bateau en direction de Balokken - Goûter sur le bateau avec bref exposé sur les Bas-Près par Philippe Mouton (Eco-Vie) jusque 18h     EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC
18h30 Soirée familiale à Balokken

 

 

 

◊ MARDI 30/08/2011 : Wervik --> Courtrai

 

 

08h15: Rassemblement à Courtrai (Parking situé Spinnerijkaai, à côté usine Stoops

08h30: Départ du bus de Courtrai vers Wervik

08h30: départ du bateau à partir de Balokken vers Bootstraat à Wervik (pour débarquer les personnes qui ont dormi sur la péniche)

09h00: arrivée du bus (et du bateau) à Bootweg à Wervik

09h15: départ de la visite guidée

09h15-10h45: Visite guidée Laag-Vlaanderen - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

10h45-11h45: visite guidée site d'Hondt - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

 

(09h15: départ bateau à partir de Bootweg vers écluse de Menin)

11h45: départ à pied du site d'Hondt vers l'écluse de Menin

12h00: départ du bateau de l'écluse de Menin vers Marke ('t Schrijverke)

 

12h30: : dîner sandwiches

14h30: arrivée Pont de Wevelgem

14h30: Visite guidée 't Schrijverke à Marke - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

 

16h45: arrivée sur le bateau

17h: départ du bateau vers Courtrai (Venning)

18h30: arrivée à Courtrai (Venning)

18h45-19h30: souper

20h: visite avec guides de la ville de Courtrai (départ: Poortgebouw Vetex, Pieter de Conincklaan 23a, Courtrai - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

 

21h: inventaires papillons?

 

 

◊ MERCREDI 31/08/2011 : Courtrai --> Bossuit

 

08h15::  Rassemblement au Pompgebouwà Bossuit

08h30: Départ en bus de Bossuit vers Courtrai (de Venning)

09h30: embarquement et départ du bateau en direction de l'écluse de Moen

 

09h00-12h: Démonstration et info Belgisch Biotische Index (BBI) par Vlaamse Milieu Maatschappij

 

12h00: arrivée à l'écluse de Moen et départ vers Sint-Pietershof

 

12h15: repas sandwiches avec bière régionale à Geitenboer

13h30:  Visite guidée Orveytbos (départ: Sint-Pietershof, Kraaibosstraat 6, 8552 Moen) - EVENEMENT POUR LE GRAND PUBLIC

 

15h00: à pied de Orveytbos vers l'écluse de Moen

 

15h15: départ du bateau à partir de l'écluse de Moen en direction de la Pompgebouw à Bossuit

16h00: arrivée Pompgebouw Bossuit + moment de clôture 

18h00: Fin de l'événement
 

 

 

 

EN CONTINU DURANT LES 6 JOURS:

 

  • Inventaires naturalistes par les équipes franco-belges
  • Prélèvements eau et sédiments par Eaux du Nord
  • Prélèvements planctons + poissons
  • Inventaires plantes invasives de berges

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 17:20

  

Un trentième anniversaire de la base des Près du Hem auquel je n'ai pû malheureusement assiter en raison d ' engagements antérieurs, notamment concernant ma participation à une table ronde des Journées d' été de EELV à Boulogne sur Mer.

 Le conseil syndical  de l Espace Naturel Lille Metropole a mis l 'accent cette année su les enjeux de l' accessibilité, bien sûr sociales concernant les tarifs mais en permettant à tous et toutes d' accéder à la baignade, à la navigation sur le plan d' eau, quelque soit son degré d' handicap.

 

Ainsi la plus ancienne base de loisirs métropolitaine contine à s' équiper et à se diversifier. Elle garde une longueur d' avance sur les "plages urbaines" éphémères et constitue un maillon clé de notre projet de Parc de la Lys.

 

Notre clin d oeil est d 'offrir ces nouveaux équipements quasi-simultanément à l ouverture du parcours Vanupieds. Histoire de vous faire marcher !

Slimane TIR

 

 

  

 

 
Des festivités très réussies pour les 30 ans des Prés du Hem

mercredi 06.07.2011, 05:02  - La Voix du Nord

 La cérémonie s'est terminée par le partage d'un gâteau géant de 400 parts. La cérémonie s'est terminée par le partage d'un gâteau géant de 400 parts.

|  ANNIVERSAIRE |

Dimanche, les Prés du Hem ont célébré leurs trente ans.

C'est Pierre Dhenin,

 

 

directeur de l'Espace naturel Lille métropole, qui a accueilli les invités du jour. Claudine Messager, première adjointe, a pris la parole, mettant en exergue « l'idée géniale » de Gérard Haesebroeck, maire d'Armentières de 1973 à 1986, à l'origine de la base. Bernard Haesebroeck a, quant à lui, rendu hommage à son père.

 

 Puis il a souligné l'accessibilité des structures d'Armentières aux différents types de handicaps, un travail quotidien « pour que chacun et chacune, quel que soit le handicap, ait la chance de vivre ce que nous vivons tous ».

 

Dans ce contexte, les Prés du Hem sont un exemple parfait d'accessibilité aux loisirs pour l'ensemble de la population. « Nature et solidarité sont des valeurs essentielles de la ville », a conclu Bernard Haesebroeck. Et parce qu'il n'y a pas d'anniversaire sans gâteau, la cérémonie s'est terminée par le partage d'un gâteau géant de 400 parts accompagné d'un concert des musiciens de l'Harmonie du Commerce.

 

 

Tous ont pris la direction de la plage où était prévue la présentation des nouveaux équipements à destination des personnes à mobilité réduite : le Mainaleau, le Tiralo et l'Access Dinghy.

Le Mainaleau est une idée de Jean-Pierre Dhenin, cogérant de la société Handidétente, professeur de fabrication au lycée du Hainaut et paraplégique. « Passionné de sport nautique, j'ai ressenti la frustration de ne plus pouvoir aller sur l'eau. Mon esprit inventif s'est mis en marche : j'irai sur l'eau avec mon fauteuil roulant ! »

Le premier Mainaleau navigue sur l'étang du Vignoble à Valenciennes en mai 2006. Un second prototype est mis à l'eau en septembre 2007. Le Mainaleau peut être utilisé par tous : un siège valide est en effet prévu à l'arrière pour un accompagnant, une seconde personne pouvant également s'asseoir à l'avant.

 

 

Le Tiralo est un fauteuil de plage destiné aux personnes à mobilité réduite. Il se distingue par son aspect tout-terrain : évoluant facilement sur tout type de sol, il permet à son passager d'accéder à la baignade, installé dans un fauteuil ergonomique, entre deux accoudoirs amovibles et servant de flotteurs. Il ne se pousse pas mais se tracte, une spécificité qui simplifie considérablement les déplacements en terrain meuble et accidenté.

 

 

L'Access Dinghy est une embarcation de haute technologie directement arrivée d'Australie. Il offre aux personnes non valides, mais également aux valides, la possibilité de découvrir la pratique et les véritables sensations de la voile. Les Prés du Hem disposent pour l'instant de quatre voiliers de ce type.

 

À noter que dans le cadre d'un plan de développement régional et en collaboration avec la Ligue de Voile du Nord Pas de Calais, le centre nautique des Prés du Hem organise, à l'attention des éducateurs spécialisés travaillant avec des personnes à mobilité réduite, un stage de sensibilisation à l'activité voile sur Access Dinghy du 25 au 29 juillet. • S. M. (CLP

 

 

 

 

Armentières : pieds nus sur un sentierde matières aux Prés du Hem

jeudi 14.07.2011, 05:18 - La Voix du Nord

 Paille, charbon, granit... vos pieds apprécieront. Ou pas!Paille, charbon, granit... vos pieds apprécieront. Ou pas!

Chaussures au placard et pantalon relevé : sur le parcours des Vanupieds, aux Prés du Hem, ça gratouille, ça chatouille et... ça peut - gentiment - piquer !

 

 

Le moelleux de la tourbe humide carresse ma voute plantaire. Délicate sensation. Et douce entrée en matière qui m'incite à emboîter le pas assuré de l'animateur. Mais, « aïe ! », la traversée sur l'écorce d'épicéa est moins évidente

.

Corentin, 12 ans, ne se laisse pas impressionner par le relief des petits carrés de marbre et pourtant : « C'est pas très agréable ! » Annick, 62 ans, le suit à marche prudente. « Relax, on se détend ! », conseille l'animateur. « Il ne faut pas se crisper et laisser le pied retrouver sa posture naturelle. » Tapis de Bruyère, sol goudronné, hachis de peupliers, schiste gris, paille de blé, lin « roui »...

Cinquante textures au total, pour beaucoup naturelles, qui composent un circuit sensoriel d'un kilomètre. Le concept est né dans les années 90 en Allemagne. Doucement, il arrive en France ; à Rennes, Paris et dans les Vosges pour l'instant.

 

Les Prés du Hem ont importé l'idée dans une version régionalisée pour évoquer les richesses de notre patrimoine agricole et industriel. De la brique traditionnelle du Nord au sable de Marquise en passant par les boulons de l'entreprise Beck Crespel jusqu'aux 10 000 capsules de la brasserie Thiriez, votre pied appréciera... ou pas ! Souvent massé, parfois taquiné, il n'est jamais réellement maltraité. Au contraire même, le parcours regorge de bienfaits. Et stimule quelques-unes des 7 200 terminaisons nerveuses de la plante de nos pieds.

Petit bain de boue

Au promeneur de deviner les matières. Entre terre battue, cosses de cacao, poussière de coquillages... le jeu de piste est beaucoup plus difficile qu'on pourrait l'imaginer.

Le parcours est praticable à tous les âges. Il est seulement déconseillé aux diabétiques et aux personnes qui souffriraient de problèmes de circulation.

 

Beaucoup de familles se laissent séduire. Chaque jour, depuis l'inauguration en juin, les Vanupieds accueillent des centaines de marcheurs aux pieds nus. Un millier en une journée la semaine dernière.

La balade se termine dans l'argile. Les enfants adorent. Pour une fois qu'il est autorisé de marcher dans la boue ! Pas d'inquiétude, tout est prévu à l'arrivée pour se rincer. Et même se sécher. Les doigts de pieds en éventail. •

DELPHINE D'HAENENS

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 22:04

 

ATELIER 3 Foncier & Biodiversité La biodiversité : une incitation à repenser les politiques d'aménagement ?

Président
TIR Slimane - Vice-président de Lille Métropole Communauté Urbaine, délégué au Espace Naturel
 

Animateur
DELDUC Paul - Ministère de l'Ecologie

Introducteur
CLAP Florence - Union Internationale pour la Conservation de la Nature

Rapporteur
LEMOINE Guillaume - Conseil Général du Nord

Discutant
FEUVRE Christian - Directeur délégué aux transports terrestres au Port du Havre
MASSE Charles - Président LH2T
MULLER Raymond - Directeur Général de la SAFER Lorraine
THIÉVENT Philippe - Directeur - CDC Biodiversité
BARSKY Luc - Directeur du Parc Naturel Régional du Perche
RAOULT Paul - Sénateur du Nord
 

 

Comment développer des stratégies foncières locales en faveur de la biodiversité ? Entre protection et valorisation, quels équilibres, quels partenariats trouver entre collectivités, propriétaires, aménageurs et usagers ? La promotion de la biodiversité doit en effet maintenant entrer dans une phase opérationnelle. La biodiversité, un laboratoire pour repenser les politiques d'aménagement ?

Les diverses expériences en France et dans de nombreux pays le montrent : les politiques publiques protectrices de l'espace, si elles s'inscrivent dans le long terme, peuvent être créatrices de valeurs foncières. La protection de la biodiversité, pensée de façon adaptée à chaque territoire avec les bons outils opérationnels, peut, à ce titre, intéresser tous les acteurs du foncier, publics et privés. Utiliser l'ensemble des outils fonciers pour rendre opérationnel un enjeu qui paraît encore désincarné et théorique : c'est le principal défi de la territorialisation des politiques de promotion de la biodiversité. A la clef : révéler la dimension économique de la biodiversité et ouvrir un nouveau débat sur la valeur de son foncier ; mieux associer les propriétaires, fonds d'investissements, opérateurs aux projets de protection et de valorisation ; construire une fiscalité incitative, pour une meilleure péréquation entre usages. L'atelier nourrira d'exemples originaux un débat passionnant autour de nouvelles façons de penser l'espace et ses usages.

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 21:22
Les jardins Mosaïc réenchantent les cultures des migrants.
 

 Le 9 juillet au parc de la Deûle, banlieue de Lille, sera inauguré le « jardin de la Méditerranée orientale », dixième espace paysager consacré à une des cultures d'origine des habitants venus d'ailleurs.

 

 

 

HOUPLIN-ANCOISNE (Nord)

De notre envoyée spéciale

 

 

Les maçons sont à pied d'œuvre. Déjà, cinq portes se découpent dans des murs de pierre, comme souvent dans les contrées méditerranéennes où ils abritent cafés et treilles. Derrière, une étonnante structure métallique rouge en forme de turban oriental.

 

À ses pieds, seront, cet automne, plantés des centaines de bulbes de tulipes, une fleur originaire de Turquie, introduite en France au XVIIIe siècle par Ogier de Bousbecque et dont les Néerlandais ont fait une véritable industrie. Il reste encore à installer les petits ânes gris dans l'étable proche, à terminer la pergola qu'escaladeront des rosiers parfumés de Bulgarie, à placer dans les massifs des plantes résistantes à la sécheresse mais aussi… au froid !

 

 En effet, même si ce jardin a pour mission d'évoquer la « Méditerranée orientale » (Grèce, Turquie, Bulgarie), il faut également « faire avec » le rude climat du Nord ! Le concepteur, l'architecte-paysagiste grec Georges Vafias et Bernard Chapuis, son associé dans l'agence AEP, ont en effet décidé que « la valorisation de la rareté de l'eau serait l'axe principal » de ce projet réalisé « par plaisir, pas pour gagner de l'argent ». « Je n'ai pas voulu me focaliser sur le folklore de chacun des trois pays, mais au contraire trouver ce qui est commun à tous », insiste Georges Vafias.

 

 

Ce jardin, le dixième du genre, s'inscrit dans l'ensemble Mosaïc installé dans l'immense parc de la Deûle, dans la banlieue lilloise. « C'est une graine plantée en 1968 par les élus des communes de Houplin-Ancoisne, Santes et Wavrin », raconte Caroline Gaignard, chargée de mission d'Espace naturel Lille métropole. Juste récompense, ce syndicat mixte chargé de gérer et animer les 1 300 hectares d'espaces naturels autour de Lille a reçu, en 2006, le grand prix du paysage. Et en 2009, le prix du paysage du Conseil de l'Europe. « Il y avait, ici, des terrains abandonnés ou mêmes pollués. Les élus ont voulu à la fois protéger les nappes phréatiques et pallier au déficit d'espaces verts ouverts à tous », précise Caroline Gaignard.

 

Dans les années 1990, lorsque le parc de la Deûle a vu le jour à l'initiative de Pierre Mauroy, alors président de la Communauté urbaine, une agence belge réputée – JNC – et un paysagiste de renom – Jacques Simon –, spécialiste du Land art, ont imaginé trois types d'espaces :

la « nature retrouvée » à Santes où des arbres ont été replantés sur des terrains dépollués pour favoriser le retour de la biodiversité ; la « nature domestiquée » à Wavrin où le site a été retravaillé, en lien avec les agriculteurs (création de chemins, de haies, etc.) ; enfin, la « nature magnifiée » avec Mosaïc. Cet espace fermé de 33 hectares alterne coins « sauvages » (priorité à la biodiversité, toujours !) et jardins contemporains à thème.

 

À terme, il devrait y en avoir une vingtaine.

 

Ce sont les installations néolithiques découvertes en ce lieu, au début des travaux, qui sont devenues le sujet du… « jardin premier ». Le fil conducteur, commun à tous les autres, c'est la diversité culturelle de la métropole lilloise : ici, une personne sur cinq a des origines étrangères ! Et, la population compte plus de 80 origines différentes. « Nous avons voulu rendre hommage à la diversité des anonymes qui ont contribué au développement de cette région », raconte Slimane Tir, élu (vert) à Roubaix, vice-président de la Communauté urbaine de Lille et président d'Espace naturel Lille Métropole.

 

Chaque jardin évoque en effet – en la réinterprétant – la culture de la région dont est issue l'une des principales communautés de migrants. « Ce sont des jardins de plantes et d'hommes, pas de communautés, pas de pays », insiste Pierre Dhenin, directeur d'Espace naturel Lille Métropole. « Il y a des plantes, des œuvres d'art, des animaux et des jeux, les migrants s'y retrouvent complètement », assure-t-il. « Ce sont des jardins rêvés, élaborés à partir de leurs souvenirs, qui campent une ambiance », affirme, de son côté, Slimane Tir. Pour chacun, aux côtés des paysagistes, les migrants ont été associés à la réflexion, via leurs associations mais aussi leurs consulats ce qui a parfois donné lieu à quelques empoignades… nationalistes.

 

Pourquoi illustrer telle ou telle culture ? « Nous sommes partis des statistiques de l'Insee », réplique Caroline Gaignard. « La communauté la plus importante, la plus ancienne, raconte Pierre Dhenin, ce sont les Flamands venus de Belgique, après la première guerre mondiale, pour travailler dans les usines textiles. »

Suivront, dans les années 1930, les Polonais dans les mines, puis, après la seconde guerre mondiale, les Italiens, dans le bâtiment. Dans les années 1950, les Portugais et les Espagnols arriveront, puis dans les années 1960, les Maghrébins, suivis dans les années 1970, par les Africains, dans les années 1980, par les Asiatiques, surtout Laotiens, et enfin, plus récemment, par les Britanniques, immigrés en cols blancs ou résidents secondaires.

 

 

Ces jardins sont des lieux de promenades, de repos, de jeux, d'animations variées (concerts, contes, calligraphie, atelier de henné, etc.), souvent à l'initiative d'associations de migrants. « Ici, chaque visiteur a son coin de prédilection. Le plus apprécié, c'est le jardin laotien », confie Pierre Dhenin. Ce jardin où tout évoque l'eau et la végétation luxuriante, est structuré autour d'une immense carcasse en bambou figurant la silhouette d'un dragon.

Cependant, la découverte de Mosaïc débute par un ancien wagon où l'hôtesse d'accueil vous souhaite « bon voyage ! ». Invite appropriée ! Logiquement, après le « jardin premier », les visiteurs abordent le jardin flamand et son « géant du Nord » en métal jaune, puis glissent du jardin de l'Europe orientale jusqu'au jardin des figuiers dédié aux Maghrébins, avant d'aborder « Africa Mamma » qui, organisé autour d'un catalpa/arbre à palabres, évoque Sénégal et Mali. Un jardin sublime l'Italie, un autre l'Espagne et le Portugal et ainsi de suite.

 Il y a aussi des trouvailles dont le succès ne se dément pas comme cette bétonnière peinte qui laisse échapper ces airs de bel canto familiers aux maçons italiens. Ou, dans le jardin anglais, ces vélos surmontés d'un parapluie sur lesquels l'eau coule dès que l'on pédale ! En voyageant ainsi d'un jardin à l'autre, les visiteurs s'imprègnent peu à peu de l'esprit du vaste monde.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 20:58

 

 

Ouverture au public de l’espace nature, ex-PCUK

 

Depuis le dimanche 26 juin 2011, le nouvel espace naturel aménagé sur l’ancien site P.C.U.K, à Wattrelos, est partiellement ouvert au public sur plus de 26 ha. 

 

Ce défi a été relevé grâce à la coopération de partenaires au premier rang desquels figurent Lille Métropole et l’Etablissement public foncier du Nord-Pas-de-Calais.

 

A l’initiative de l’Espace Naturel Lille Métropole, une inauguration, une visite guidée et une exposition ont marqué l’événement.

 

 

au fond M.Pacaux, puis M.Baert,M.TirEn ce début d’après-midi dominical, sous le soleil, une centaine de personnes s’apprêtent à suivre le guide de l’association roubaisienne Angle 349 et à découvrir ce nouvel espace de nature aménagé aux portes de Wattrelos et Leers, géré par l’ ENLM.

 

Combien sont-ils à se rappeler, à savoir l’histoire de ce site qui s’étend sur les communes de Leers et de Wattrelos ?

 

Il s ' agit là d une réhabilitation exemplaire d’une friche industrielle très polluée, soulignant la volonté des partenaires, notamment de Lille Métropole et de l’Etablissement public foncier, de relever le défi.

Président de l’Espace Naturel Lille Métropole, Slimane Tir a mis l’accent sur l’ampleur des travaux qui insèrent cet espace dans la trame verte métropolitaine et annoncé la mise en place de panneaux pédagogiques l’an prochain, souhaitant  qu’un nom soit donné au site.

 

 

 

 

 Il a fallu trois ans d’études et trois ans de travaux pour requalifier un peu plus de 25 hectares, dont 5,6 de zones humides. Quelques chiffres donnent la mesure de l’ampleur du chantier : 360 000 m3 de matériaux ont été apportés et 68 450 végétaux ont été plantés…

 

Inaugurée la veille au Relais nature de la zone de l’Union en présence d’élus de Roubaix, Tourcoing, Leers, Wattrelos, de Michel Pacaux, vice-président de Lille Métropole chargé des friches industrielles, et de Slimane Tir, l’exposition de l’ENLM ont expliqué l’histoire industrielle du site, les difficultés de la dépollution et les étapes de la réhabilitation.
 

Cette requalification a coûté 13,85 M€, cofinancés par Lille Métropole, l’Agence de l’Eau, l’Etat, l’Europe et Rhodia. Déjà, la nature reprend ses droits : des espèces d’oiseaux nicheurs tels que le petit gravelot ou le vanneau huppé ont été repérées, la flore est caractéristique des zones humides.

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 20:51

 

 

 
 

G.Caudron, S.Tir et B.DebreuInstallé depuis 2003 dans le magnifique pavillon de chasse à proximité du lac du Héron, le centre technique du territoire Val de Marque-Chaîne des lacs de l’Espace Naturel Lille Métropole s’y trouvait à l’étroit. Dans quelques mois, il emménagera dans un bâtiment à énergie positive, construit sur un terrain de près de 8 500 m2 avenue de Courtrai, à proximité du lac. Samedi 25 juin, en présence d’élus, dont Eric Quiquet, Premier vice-président de Lille Métropole, et de vice-présidents de l’ENLM - Marie-Thérèse Pincedé, maire de Forest-sur-Marque, Christiane Bouchart, conseillère communautaire, et André Laurent, adjoint au maire de Villeneuve-d’Ascq -, Gérard Caudron, Slimane Tir et Bernard Debreu ont posé « les premières planches » de cette construction écologique à ossature bois.
Comme le notaient Bernard Debreu puis Slimane Tir, Lille Métropole et l’ENLM ont souhaité « construire un bâtiment exemplaire » comme l’avait été, en 1998, la réhabilitation des anciennes écuries à Mosaïc, dans le parc de la Deûle, dans le respect des normes de la Haute Qualité Environnementale. « Nous voulons garder deux ou trois longueurs d’avance en matière d’exemplarité en matière de développement durable », a souligné Slimane Tir.
Un bâtiment à énergie positive
De fait, le futur centre technique du Val de Marque sera un bâtiment à énergie positive : sa conception - renforcement de l’isolation, limitation de la déperdition de chaleur, pose de panneaux photovoltaïques, éclairage naturel maximal… - aura pour résultat une production d’énergie supérieure de près de 30% à la consommation du bâtiment.

 

Cet équipement s’inscrira d’ailleurs pleinement dans le développement durable. Ainsi, son implantation a-t-elle été définie en fonction des zones fréquentes d’entretien pour limiter les déplacements. De la même façon, le bâtiment se caractérisera par l’excellente exposition au sud, par l’utilisation de matériaux renouvelables ou encore par la récupération des eaux pluviales.

 

Enfin, cette construction en ossature bois s’intégrera parfaitement dans l’environnement : murs et toitures seront végétalisés et le bâti sera adapté au profil du terrain.
Gérard Caudron, maire de Villeneuve-d’Ascq et Premier président de Lille Métropole chargé du logement, s’est félicité de la construction d’ « un bâtiment qui s’intègre parfaitement dans cet espace naturel » de la colline boisée des Marchenelles, « une zone de nature de dix hectares en cœur de ville ». Slimane Tir a souhaité « une démonstration de notre capacité collective à organiser une transformation écologique exemplaire de nos pratiques » et le développement des filières de production. « Nous sommes sur une avancée dans tous ces domaines », a estimé de son côté Bernard Debreu qui a notamment évoqué la dixième jardin de Mosaïc ou encore le prochain démarrage de l'observatoire de la faune et de la flore de Santes.
Ce centre technique du Val de Marque abritera des bureaux, des locaux pour le personnel et des ateliers. Estimé à 600 000 €, le montant des travaux sera cofinancé par Lille Métropole, par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, par l’Union européenne (Fonds FEDER) et par l’ADEME. Le bâtiment sera achevé à la fin de l’année.




 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 20:47

 

 

Mosaïc, une asinerie « quatre étoiles » pour accompagner le dixième jardin

mardi 21.06.2011, 05:18  - La Voix du Nord

 Christopher, l'un des membres de l'équipe, pose le bouquet traditionnel au faîte de l'asinerie. Christopher, l'un des membres de l'équipe, pose le bouquet traditionnel au faîte de l'asinerie.
|  ON EN PARLE |

Le dixième jardin du parc Mosaïc, au coeur du parc de la Deûle, est quasiment prêt. Consacré à la Méditerranée orientale, il accueillera notamment... une asinerie. Une asinerie ? On vous explique.

 

 

PAR JEAN-NOËL DEFAUT

lambersart@lavoixdunord.fr

 

1 Inauguration le 9 juillet... comme prévu On ne le dirait pas à voir l'état du chantier, mais le dixième jardin de Mosaïc, celui de la Méditerranée orientale, sera bien inauguré le samedi 9 juillet, en présence de Slimane Tir, président de l'Espace naturel Lille métropole. « Nous avons même un peu d'avance sur le planning », a affirmé Pierre Dhénin, président de l'ENLM. Juste avant de confier un petit souci : l'épaisseur des dalles en béton coloré n'était pas celle commandée au fabricant. « Mais cela sera réglé dans la journée », a-t-il ajouté. D'ailleurs, cette semaine, afin de vérifier tous les détails, jusqu'aux premières plantations, l'architecte chargé du projet, Georges Vafias, et cinq de ses collaborateurs, étaient sur place.

L'homme de l'art n'a aucune inquiétude pour la finition d'un jardin qui ne sera pas là pour « faire l'échantillonnage de chaque pays représenté », la Turquie, la Bulgarie et la Grèce. Mais, au contraire, de « montrer leurs points communs, le plaisir du bien être et de l'accueil ». Et cela dans un jardin où, grâce aux contrastes de couleurs, seront magnifiées l'ombre et la lumière.

 

2 Une asinerie, c'est quoi ?

De loin, on dirait un baraquement... avec sa toiture de tôles plus ou moins rouillées. De près, on admire la façon dont a été agencé ce nouveau petit bâtiment de Mosaïc, qui accueillera trois ânes dès juillet, dans le cadre du nouveau jardin. Mardi dernier, le bâtiment a été « coiffé » par un bouquet de fleurs par un de ceux qui l'avaient construit, Christopher, un des jeunes du chantier permanent de l'association Prévention, Culture, Formation.

Pourquoi des ânes ? Pierre Dhénin, directeur de l'Espace naturel Lille métropole, l'explique : « Il nous a semblé que c'était l'animal emblématique de cette partie du bassin méditerranéen. Quant à l'aspect, ne vous inquiétez pas : ce sera une asinerie "4 étoiles" !

 » Et pourquoi cet aspect vieilli ? Réponse de Georges Vafias, l'architecte du projet : « Dans les pays de la Méditerranée orientale, on utilise des matériaux de récupération pour construire les abris pour animaux. Le plus difficile a été de trouver des plaques de tôle rouillée.

Les agriculteurs du voisinage nous ont aidés. »

 

3 Des jeunes et un bouquet À Mosaïc, le chantier permanent de Prévention, Culture, Formation, avait déjà réalisé le pavage de la serre, l'entrée et l'enclos des vaches Dexter du jardin britannique. Voici donc une nouvelle réalisation. Mais au fait, pourquoi un bouquet sur le toit ? Fabrice Merlevede et Arnaud Boyer, éducateurs techniques de Prévention, Culture, Formation, l'association présidée par Alain Bonnaud et dirigée par Brigitte Gabrysch l'expliquaient mardi : « C'est une tradition dans le bâtiment quand le gros oeuvre est terminé. C'est aussi une façon de mettre en valeur le travail de neuf jeunes, dont cinq sont présents aujourd'hui, qui ont "bossé" sur ce chantier du début à la fin, des plans à la réalisation. Un chantier d'autant plus satisfaisant que les relations entre les jeunes et l'équipe technique de Mosaïc ont été excellentes. •

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 21:40
Le canal de Roubaix rouvre demain à la navigation de plaisance

mardi 31.05.2011, 05:19  - La Voix du Nord

 À Leers-Nord, on baptisera «Le Satcheu», le cousin belge de la pénichette française «La Décidée». À Leers-Nord, on baptisera «Le Satcheu», le cousin belge de la pénichette française «La Décidée».
|  INFRASTRUCTURE |

Demain, 8 h 50 : un instant historique pour le canal de Roubaix. Avec une première ...

 

ouverture d'écluse, c'est à cette heure-ci que le cours d'eau sera officiellement rendu à la navigation.

 

 Cela marquera l'aboutissement de près de quatre ans de travaux qui ont permis de redonner vie à ce qui, considéré comme un quasi-égout, est redevenu un espace de nature où les bateaux pourront de nouveau voguer, après vingt-trois ans de fermeture.

 

Pour marquer le coup, jeudi, des festivités auront lieu entre Leers et Leers-Nord (Estaimpuis), avec des animations et même un envol de montgolfières(nous y reviendrons dans notre édition de vendredi).

 

Autour de Martine Aubry, la présidente de LMCU, René Vandierendonck, le maire de Roubaix, et Slimane Tir, le président de l'Espace naturel métropolitain, on attend plusieurs personnalités wallonnes.

 

Car cet événement sera le pendant belge des Blue Days qui, en septembre 2009 dans la zone de l'Union, avaient brillamment marqué la fin du dragage en France. Mais les quelques kilomètres entre la frontière et l'Escaut étaient encore impraticables.

 

En début d'année, une fois la question des boues belges réglée (elles devaient initialement être épandues sur la friche PCUK, à Wattrelos), ce chantier a démarré et s'est achevé mi-mai. « Pour moi qui ai travaillé pour ce canal, pour sa défense, c'est un plaisir de voir de nouveau les bateaux passer », confesse Carl Delhaye, qui, au sein du Service public de Wallonie, a coordonné le curage du canal de l'Espierre.

 

Les bateaux pourront donc transiter de la Deûle à l'Escaut, via la Marque urbaine : 28 km que les plaisanciers ne traverseront pas à l'improviste.

 

Pour la France, il faudra prévenir 24 h à l'avance les éclusiers de l'Espace naturel métropolitain, chargé de la gestion du canal (Tél : 03 20 63 11 39).

 

Étant donné le caractère urbain du cours d'eau, il faudra coordonner le passage des bateaux avec celui des voitures, comme au pont des Couteaux ! Pour rejoindre Leers depuis la Marque, il faudra au minimum passer une nuit à quai. Côté belge, une équipe comparable accompagnera le passage des péniches de tourisme, qui donneront corps à la renaissance du canal. • M. G.

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents